Filière céréales

Dominée par la culture du maïs grain, la filière a réellement pris son essor en 1996.

La céréaliculture nécessite une mécanisation représentant un certain investissement. Elle compte un faible nombre d’exploitations. Cinq communes de la côte Ouest concentrent la quasi-totalité des surfaces cultivées, les plus importantes étant Boulouparis et Pouembout. La filière est structurée autour d’organismes de réception et de stockage auprès desquels les exploitants vendent leurs récoltes. Les grains y sont traités et séchés, stockés puis commercialisés directement aux éleveurs ou aux provendiers pour la fabrication du mélange alimentaire destiné aux animaux d'élevage. Depuis trois ans, la production évolue favorablement, mais reste soumise aux aléas climatiques. Une diversification est en train de s’amorcer à travers la culture du sorgho grain et du blé, tandis que des démarches vers l’agriculture responsable se développent.

 

Les interventions de l'Erpa

  • Bonifications de prix : en fonction des tonnages livrés par chaque producteur.

  • Aide au développement durable versée au producteur engagé sous forme de contrat de rotation.

  • Aide au développement de la production de maïs versée aux producteurs et aux ORS.

  • Aide au transport des céréales versée aux producteurs et aux ORS.

  • Participation à la caisse de stabilisation du prix des céréales importées : cette caisse a été créée en fin d'année 2007 et son intervention porte sur la prise en charge de tout ou partie du différentiel de prix entre le coût d'approvisionnement import  et le prix du maïs local.