Présentation de l'ERPA

L'ERPA a vu le jour le 30 janvier 1989. Etablissement public de la Nouvelle-Calédonie, il a succédé au Fonds Territorial de Régulation des Prix Agricoles pour mettre en œuvre la politique de régulation des prix des produits agricoles et alimentaires.

Suite à la signature des accords de Matignon, la loi organique a vu naître la provincialisation de la Nouvelle-Calédonie. Cette nouvelle donne (découpage géopolitique et distribution des compétences) a alors rendu évidente la création de l'ERPA : une plateforme unique agissant tel un trait d'union entre les logiques de développement agricole des trois provinces.

Agissant pour le compte de la Nouvelle-Calédonie comme des provinces, l'ERPA est ainsi devenu un bras actif, et réactif, au service du monde agricole calédonien.

Par ses statuts, l'ERPA :

Stabilise les cours.

Contribue à toute opération sur les marchés en intervenant par convention avec des tiers sur la collecte, le conditionnement, le transport, le stockage, la commercialisation, l'importation et l'exportation des produits agricoles.

Garantit des prix aux producteurs.

Grâce à une très bonne connaissance économique du secteur rural, l'ERPA émet aussi des avis sur les mesures relatives au contrôle de la concurrence des produits importés ainsi que sur l'application éventuelle de la taxe de soutien des produits agricoles et agroalimentaires.

L'ERPA gère également sur un chapitre spécial le Fonds de Régulation du Marché des Viandes Porcines (FRMVP), dont il a repris les droits et obligations.

Les mécanismes d'interventions de l'ERPA


Le champ d'intervention de l'ERPA concerne presque toutes les productions agricoles, aquacoles, forestières et certaines productions agroalimentaires de Nouvelle-Calédonie. Différents mécanismes lui permettent d'assurer la régulation de ces productions : intervention sur les prix et les coûts de revient, aides à la commercialisation des produits, recherche de nouveaux débouchés locaux ou à l'exportation, promotion de l'agriculture locale...